Le harcèlement au travail, c’est NON!

Un emploi exempt de toutes formes de violences et où le respect est la ligne directrice. 

Évidemment, la vague de dénonciation des dernières semaines sur les réseaux sociaux, nous a inspirée à vous parler de harcèlement, mais surtout, SURTOUT du climat de respect qui flotte chez Robert Bernard. Bien sûr, nous avons une politique tolérance Zéro contre le harcèlement, un document écrit très directif et qui réfère à des termes légaux, mais au fond, c’est l’essence de la compagnie, les valeurs et les humains qui y travaillent qui amènent ce climat très serein et respectueux. Nous nous permettons tout de même de faire la lumière sur certains concepts liés au travail.

Droit de gérance VS harcèlement

Il est important de distinguer le droit de gérance et le harcèlement. Le fait d’imposer une mesure disciplinaire à un employé, de faire une évaluation de rendement plutôt négative ou une intervention de suivi peut parfois déranger l’employé en question, mais ça ne constitue pas nécessairement une forme de harcèlement. Le droit de gérance se définit comme le droit de diriger ses employés et de prendre des décisions liées à la rentabilité de l’entreprise.

Faut-il avoir une politique contre le harcèlement, même si l’ambiance au bureau est bonne?

Certainement. Non seulement le harcèlement est interdit par la loi, mais il a aussi un impact négatif sur le climat de travail. Parfois, il peut même entraîner des coûts importants et nuire à la productivité de l’entreprise. L’instauration d’une politique contre le harcèlement constitue l’une des mesures les plus importantes pour l’établissement d’un milieu de travail exempt de toutes formes de violence. Pour Robert Bernard, il est important d’avoir un document officiel et connu de tous les employés afin de faire connaître la position de l’entreprise à tous les employés, peu importe le niveau hiérarchique de ceux-ci.

Encourager la dénonciation

Évidemment, quand il est question de harcèlement, on pense immédiatement à la dénonciation et à l’enquête qui a pour but d’énoncer les faits, mais n’oubliez pas qu’il y a un humain, une possible victime qui vit avec les conséquences de propos ou de comportements inacceptables. Quelle est la solution pour encourager la dénonciation… Peut-être que la première étape est d’avoir une politique claire et connue de tous les employés contre le harcèlement au travail? 😉

Partage!

Laisser un commentaire